30 ans de prison pour l'ex milicien congolais Bosco Ntaganda — CPI

CPI : une grande victoire pour Fatou Bensouda et son équipe

Bosco Ntaganda condamné à 30 ans de prison

Aujourd'hui âgé de 46 ans, ce dernier est resté impassible lors de la lecture du jugement.

Il était jugé pour des exactions commises en 2002 et 2003 en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).

Ntaganda a déjà fait appel de ce verdict.

Camion charnier en Grande-Bretagne: les 39 victimes identifiées étaient vietnamiennes
Le conteneur était arrivé par ferry au port de Purfleet, sur la Tamise, en provenance de Zeebruges, en Belgique. La police vietnamienne a arrêté dix personnes soupçonnées d'être impliquées.


La Cour a indiqué avoir " reçu des observations des parties et des participants " et avoir " entendu des témoins et admis des éléments de preuves " afin de déterminer la peine, qui sera prononcée lors d'une audience prévue à 10H00 (09H00 GMT).

"L'ex-général de l'armée congolaise, qui avait la réputation d'être un leader charismatique, a toujours assuré être un " révolutionnaire " et non un criminel, rejetant son surnom de " Terminator ". Un conflit qui a coûté la vie à plus de 60 000 personnes, selon les ONG. Les règles de la CPI stipulent que la durée totale de la peine d'emprisonnement doit correspondre à la peine individuelle la plus lourde. Les juges l'ont pourtant reconnu coupable d'avoir exécuté un prêtre de ses propres mains. Ils ont également jugé que Ntaganda était indirectement responsable de nombreux autres meurtres en ayant dirigé plusieurs offensives militaires. Ont également été pris en compte les viols contre les civils et l'esclavage sexuel.

L'homme recrutait des enfants soldats, qu'il utilisait comme chair à canon.

Canadian miner targeted in Burkina Faso attack; 38 killed
Semafo had tightened security past year following attacks that killed three workers and five security officials. At least 38 people are dead, according to the Burkinabè president, with dozens wounded in Wednesday's attack.


La CPI n'a retenu aucune des circonstances atténuantes avancées par ses avocats, dont " le traumatisme " d'avoir vécu le génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Général de l'armée congolaise de 2007 à 2012, il est devenu ensuite l'un des membres fondateurs du groupe rebelle M23, finalement été vaincu par les forces du gouvernement congolais en 2013.

A la suite de dissensions accompagnées de combats au sein du mouvement, M. Ntaganda est contraint de fuir au Rwanda, et de se réfugier à l'ambassade des États-Unis à Kigali, d'où il demandera son transfert à la CPI, une initiative inédite dans l'histoire de la juridiction.

La justice entrouvre la porte de la prison de Lula — Brésil
Au grand dam des procureurs chargés de l'affaire, pour qui la décision va "à l'encontre du sentiment de rejet de l'impunité ". Son fils Eduardo, qui est député, a en revanche déploré sur Twitter qu'"On libère les brigands et on désarme la population".


Latest News