Incertitude et malaise après le 1er tour de la présidentielle | AFP — Bolivie

Elections en Bolivie Morales en tête mais contraint à un second tour inéditPlus

Elections en Bolivie Morales en tête mais contraint à un second tour inéditPlus

Cette fois, contrairement aux trois dernières élections depuis 2006, pas de victoire écrasante en vue au premier tour.

La transmission des résultats partiels sur le site internet du TSE a été inexplicablement interrompue dimanche peu avant 20H00 (00H00 GMT), alors que la présidente de l'institution, Maria Eugenia Choque, venait d'annoncer que le chef de l'Etat était en tête du premier tour, avec 45,28% des voix, suivi par le centriste Carlos Mesa, avec 38,16% des votes, sur la base de 84% des bulletins dépouillés.

De son côté, Carlos Mesa a dit dans un entretien à l'AFP craindre des fraudes car le parti de Morales "contrôle tous les organes de l'Etat".

M. Mesa a célébré "un triomphe incontestable" en se rendant au second tour, sous les applaudissements de ses partisans à son siège de La Paz. ", s'est réjoui devant ses partisans survoltés Carlos Mesa, en prenant connaissance des premiers résultats dans son QG de campagne au sud de La Paz".

"En cas de second tour, ça devient un référendum " pour ou contre Evo Morales, a déclaré à l'AFP Gaspard Estrada, spécialiste de l'Amérique latine à Sciences Po Paris.

Guardiola le confirme: City peut à nouveau compter sur De Bruyne
Malgré tout, la bande à Benjamin Mendy, titulaire, occupe la 2e place et revient provisoirement à cinq points du leader Liverpool. Manchester City avait fait le nécessaire pour s'imposer bien avant la fin du match.


Collier de fleurs et chemisette blanche, le chef de l'Etat a voté dans son fief du Chaparé (centre), une des régions de production de coca.

" Le peuple bolivien s'est imposé pour continuer le processus de changement", s'est-il félicité en référence au nom du programme gouvernemental, disant attendre " jusqu'au dernier bulletin ".

Pour éviter un second tour, le candidat en tête doit obtenir la majorité absolue ou au moins 40% des voix avec 10 points de pourcentage d'écart sur le second.

Les Boliviens votaient dimanche pour décider s'ils maintiennent leur confiance jusqu'en 2025 à Evo Morales, au pouvoir depuis 13 ans, ou s'ils tournent le dos au premier président indigène et de gauche du pays, déçus par la corruption et le virage autoritaire du pouvoir. Ça semble désormais très difficile que le résultat change. Il faudrait pour cela que 75 % des votes manquants soient en faveur du MAS et cela ne va pas arriver car il y a une usure " du gouvernement, voulait croire l'analyste Daniel Valverde". Sur les neuf candidats en lice, seul le centriste Carlos Mesa, un journaliste de 66 ans qui fut déjà président entre 2003 et 2005 semblait en mesure de pouvoir le faire trébucher.

Dans ce pays de 11,3 millions d'habitants, le vote est obligatoire.

Commons Speaker rejects Government bid for Brexit 'meaningful vote'
If the legislation passes at second reading , MPs are set to debate until midnight tonight and tomorrow to consider amendments. If the deal needs more time at that stage to get through parliament, leaders could agree to a short extension.


L'opposition a appelé à un "vote sanction ", le camp présidentiel au "vote sûr ". Après avoir voté, le vice-président Alvaro Garcia Linera a enjoint les électeurs à "penser à la tranquillité de la Bolivie", en mentionnant les violentes manifestations au Chili et en Equateur.

Pour la politologue bolivienne, Maria Teresa Zegada, "le pouvoir a remplacé les politiques destinées à toute la population par d'autres qui ne servent les intérêts que de certains secteurs, et des leaders de l'opposition ont été persécutés".

En outre, la décision de Morales de briguer un quatrième mandat est très mal vue par une partie des Boliviens et fortement critiquée par l'opposition, qui estime que le pays pourrait verser dans l'autocratie en cas de nouvelle victoire du président indigène de 59 ans.

Les 7,3 millions d'électeurs boliviens choisissent, outre leur prochain président et vice-président, leurs 136 parlementaires.

Football: Le but surréaliste d’André-Pierre Gignac contre des adversaires en grève
Les titulaires sont restés immobiles sur le terrain pendant que les remplaçants se tenaient à l'extérieur de la surface technique. Pour la petite histoire, le but marqué par Gignac est son centième inscrit dans le championnat mexicain .


Latest News