Climat, gilets jaunes, Journées du patrimoine. Paris sous tension

Des milliers de manifestants se sont réunis pour cette Marche pour le climat

Des milliers de manifestants se sont réunis pour cette Marche pour le climat

" Nous sommes traités comme des criminels ", s'est énervée Brigitte, militante écologiste".

La préfecture de police de Paris donne le chiffre de 1 000 manifestants "radicaux" et dénonce des "exactions" commises par des personnes de la mouvance "black bloc" au début de la marche.

" Tout le monde est mêlé dans le cortège, les mots d'ordre sont très proches, voire les mêmes", a estimé Jean-Claude, 75 ans, qui a participé à un grand nombre de manifestations de " gilets jaunes ".

Ce samedi, les voyants sont au rouge dans la capitale avec l'organisation concomitante des Journées du patrimoine, qui drainent des dizaines de milliers de personnes dans des lieux de pouvoir et les institutions, la marche pour le climat, une manifestation contre la réforme des retraites à l'appel de FO et le retour annoncé des "gilets jaunes".

A minima, certains défenseurs du climat et des "gilets" avaient prévu une rencontre à 09H00 place de la Madeleine à Paris.

A 20H00, 120 personnes étaient en garde à vue.

Democratic Debate: 'Medicare For All' Plans Divide 2020 Candidates
In response, Sanders and Warren said Medicare-for-All proposals would lower USA residents' out-of-pocket health care costs. But she suggested that only Sanders is invested enough in the plan to ensure it ultimately becomes law.


"Inversons le changement climatique", "Plus tard c'est aujourd'hui" ou "Je suis climat", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants.

C'est pour tenter d'éviter ce genre de scénario que le préfet de police de Paris avait demandé des importants moyens en unités CRS ou gendarmes mobiles.

Des black blocs ont infiltré la marche pour le climat dès son lancement en début d'après-midi, comme le craignaient les autorités, qui avaient d'ailleurs a mobilisé quelque 7500 membres des forces de l'ordre. La marche pour le climat a été perturbée cet apres-midi par des black blocks.

"La préfecture a tout fait pour entraver le droit de manifester", a ensuite accusé Greenpeace.

Les syndicats de police se disent quant à eux extrêmement vigilants sur l'autonomie réelle qui sera laissée ce samedi aux commandants des unités mobiles et aux décisions qui seront prise par le ministre de l'Intérieur et le préfet.

Le préfet a expliqué qu'il y aurait " des forces devant et autour " des cortèges " pour éviter que se constituent des groupes " violents, comme cela avait été le cas le 1er mai.

Le drop de Camille Lopez qui fait chavirer la France du rugby
Jacques Brunel, le sélectionneur du XV de France , reconnait qu'il y a eu "deux mi-temps totalement différentes". On a encore du travail, parce que c'est sur des choses simples qu'on a failli un petit peu.


Selon une journaliste de l'AFP, les forces de l'ordre ont fait usage sur le boulevard Saint-Michel de lanceurs de balle de défense (LBD), arme controversée responsable de nombreuses blessures lors de précédentes manifestations des "gilets jaunes".

Selon une source au sein de la PP, les forces de l'ordre avaient pour mission d'intervenir rapidement dès que des attroupements se formaient.

À Paris, le quartier des Champs-Élysées était en proie dans la matinée à des tensions sporadiques entre les forces de l'ordre, qui ont usé plusieurs fois de tirs de gaz lacrymogène, et les manifestants se revendiquant des Gilets jaunes mais n'arborant pas le gilet distinctif de ce mouvement social.

La mairie de Toulouse craignait que la manifestation ne dégénère, en pleines journées du patrimoine.A part quelques heurts et des grenades lacrymogènes lancées par les forces de l'ordre, la mobilisation s'est déroulée dans le calme.

Les appels s'étaient multipliés pour une "convergence des luttes" entre "gilets jaunes" et militants pro-climat. A Lyon, environ 5.000 personnes se sont rassemblées, selon la préfecture du Rhône.

Au total, les ONG revendiquent plus de 150.000 manifestants dans toute la France.

La redevance télé devrait baisser en 2020
Il s'agira de la première baisse depuis dix ans, après une succession d'augmentations et une stagnation entre 2018 et 2019. Le tout alors que l'audiovisuel public devra, de son côté, se serrer la ceinture à hauteur de 35 millions d'euros en 2019.


Latest News