Algérie: un millier d'avocats manifestent à Alger

Algérie : Bouteflika de plus en plus seul

FLN : Soutien au mouvement populaire

Dès son arrivée au niveau d'Alger Centre, où des dizaines de manifestants étaient déjà èn place, l'équipe de la première chaîne française composée d'un cameraman et d'un journaliste a été sévèrement huée.

Des mobilisations à Alger mais aussi dans tout le reste du pays comme à Oran, à Annaba ou en Kabylie.

Comme les semaines précédentes, de nombreux Algériens sont arrivés de province la veille.

La foule - hommes, femmes et de nombreux enfants - reprend à pleins poumons les chants emblématiques d'un mois de contestation, réclamant le départ du président Bouteflika, de son entourage et du "système" au pouvoir.

Donald Trump veut reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan
Pompeo, évoquant un " lieu très important pour de nombreuses religions ". "Merci Président Trump", écrit-il sur Twitter. Ce site se trouve à Jérusalem-Est, dont Israël s'est emparé en 1967 avant de l'annexer.


Sur un trottoir du carrefour de la Grande-Poste, point de rendez-vous des manifestants à Alger, Hamid Sbaa, artiste peintre de 54 ans a posé un chevalet et une toile, sur laquelle les passants sont invités à apposer un coup de pinceau.

Soulignant que "la souveraineté du peuple a toujours été la base du système de gouvernance en Algérie", et qui se reflète dans le slogan "Du peuple et pour le peuple", Mouad Bouchareb a relevé la nécessité "de travailler avec dévouement et de prôner le dialogue unifié afin d'atteindre les objectifs escomptés, conformément à une feuille de route bien définie afin de bâtir une nouvelle Algérie qui ne marginalisera et n'exclura personne". Il a ajouté qu'il remettrait ses pouvoirs à un successeur élu lors d'une présidentielle dont la date n'a pas été fixée, organisée à l'issue d'une Conférence nationale qui devra réformer le pays et le doter d'une nouvelle Constitution. Le président refuse de céder le pouvoir et le " prolongement " du mandat continue d'être largement rejeté.

Seddik Chihab avait également accusé des "forces non constitutionnelles" de diriger le pays, indiquant ne pas savoir qui décide "réellement" à la présidence, alors que M. Bouteflika, 82 ans, est affaibli par les séquelles d'un AVC qui, depuis 2013, l'ont empêché de s'adresser de vive voix aux Algériens et ont rendu rares ses apparitions publiques.

Avant le rassemblement de vendredi, étudiants, professeurs, professionnels de santé, avocats et magistrats ont tour à tour entretenu la mobilisation en manifestant cette semaine.

Passengers airlifted from cruise ship stranded off Norway’s coast
Norweigian rescue officials confirmed the freighter " Hagland Captain " was in trouble, with two helicopters divertred to assist. Passengers rescued from the Viking Sky cruise ship are helped from a helicopter in Hustadvika, Norway , on March 23, 2019 .


Et le camp présidentiel apparaît plus divisé que jamais face à l'attitude à adopter.

Le Front de libération nationale (FLN), parti qui dirige l'Algérie depuis l'indépendance, a apporté son soutien au mouvement populaire dans le pays, rapporte mercredi l'agence Algérie Presse Service (APS).

Le FLN, comme ses alliés de la mouvance présidentielle, a durant plusieurs mois appelé M. Bouteflika à briguer un 5e mandat et l'avait désigné comme son candidat au scrutin.

Le RND, parti de l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, récemment sacrifié à la colère populaire, a eu beau se démarquer des déclarations de son porte-parole, les protestataires voient dans l'apparent délitement du "système" un encouragement à poursuivre de la mobilisation.

PSG : Neymar dans l'oeil du cyclone de l'UEFA !
L'enquête vise l'ancien joueur du FC Barcelone pour "insultes/agressions contre un officiel de match ". Alors découvrez la formation " Paris sportifs: la grande arnaque ." en cliquant ci-dessous.


Latest News