" "Macron dénonce une " résurgence " inédite depuis 1945 — Antisémitisme en France

De nombreux Français comme ici à Paris se sont rassemblés mardi 19 février pour dénoncer les actes antisémites

De nombreux Français comme ici à Paris se sont rassemblés mardi 19 février pour dénoncer les actes antisémites. | FRANÇOIS GUILLOT AFP Afficher le diaporama

La veille, il s'était dit opposé à la pénalisation de l'antisionisme et pourtant, Emmanuel Macron, qui s'exprimait ce 20 février lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a fait savoir que la France mettrait en oeuvre une "définition de l'antisémitisme intégrant l'antisionisme", selon les termes rapportés par l'AFP.

Sous l'apparence d'une contradiction patente, Emmanuel Macron a opté pour un compromis prudent pour adresser la question sensible entourant l'antisionisme et l'antisémitisme.

Lire aussi: Antisémitisme: Emmanuel Macron a promis des lois, que peut-on faire de plus?

Fire guts ancient part of Bangladesh's capital, killing 81
The Rana Plaza factory collapse in 2013 killed more than 1,100 workers and a fire in a garment factory in 2012 killed 112 people. The other residential buildings that caught fire may have also served as places to store plastics and chemical goods, he said.


"Depuis plusieurs années, et la situation s'est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays - comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales - est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale", a déploré le chef de l'Etat, avant de poursuivre: "A nouveau, depuis plusieurs années, l'antisémitisme tue en France". "La France, qui l'a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l'antisémitisme adoptée par l'Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah " (qui intègre l'antisionisme, NDLR), a-t-il dit, martelant que "l'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme". "Parce que la période met en cause ce que nous sommes, la France doit tracer de nouvelles lignes rouges (.)". Devant le Crif, mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures pour "tracer de nouvelles lignes rouges" contre l'antisémitisme. "[.] La honte doit changer de camp".

La méthode privilégiée est de "renforcer la pression sur les opérateurs" et de les responsabiliser juridiquement.

Afin de responsabiliser les réseaux sociaux, la députée propose d'introduire une obligation de "retirer, dans les meilleurs délais, sous 24 heures, ces contenus haineux, sous peine de sanctions extrêmement fortes et dissuasives, qui se chiffreraient en millions d'euros". La définition retenue est celle de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste.

McCabe says Hill leaders didn't object when informed of Trump investigation
He told Cooper that it was not something he was comfortable talking about, saying it "could go to ongoing investigative matters". Most Americans also believe a special counsel should be appointed to investigate the crime, the survey found.


"Il ne s'agit pas de modifier le Code pénal, encore moins d'empêcher ceux qui le veulent de critiquer la politique israélienne", a précisé le chef de l'Etat. Cela permettra d'adopter des recommandations pour mieux former les agents publics à lutter contre l'antisémitisme, a indiqué l'Elysée. Déplorant que des élèves de certains quartiers soient "trop souvent" obligés de "quitter l'école publique", le chef de l'Etat a chargé son ministre de l'Education d'évaluer ce phénomène pour que l'école joue à plein "son rôle de rempart républicain". "Quand une telle déscolarisation se passe, elle dit quelque chose, parfois de ce que nous voulions ou ne pouvions voir".

Une proposition qui a pu surprendre dans un premier temps, le chef de l'Etat s'étant formellement opposé ce mardi à l'idée d'un député LREM de pénaliser l'antisionisme au même titre que l'antisémitisme. A commencer par trois organisations d'extrême droite: le Bastion social, Blood and Honour Hexagone et Combat 18.

En préambule du discours d'Emmanuel Macron, Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a pris la parole et évoqué les récents événements.

Qui est ce "gilet jaune" converti à l'islam — Injures contre Finkielkraut
Malgré le fait qu'il évoluait au sein d'une mouvance salafiste en 2014 , l'homme n'est pas inscrit au fichier des personnes radicalisées.


Latest News