Gilets jaunes: combien coûteront les mesures de Macron?

Emmanuel Macron s’adressant aux Français depuis le palais de l’Élysée. Ludovic Marin  Pool via Reuters

Emmanuel Macron s’adressant aux Français depuis le palais de l’Élysée. Ludovic Marin Pool via Reuters

Mais il ne s'agit pas d'un coup de pouce, comme le demandent les gilets jaunes. Autrement dit, non seulement les termes utilisés par le président dans son allocution sont factuellement erronnés (à dessein?), mais, de plus, ce qui devait être l'annonce la plus importante de la déclaration à tout du pétard mouillé. Une large consultationPour tenter de sortir de la crise, Emmanuel Macron a promis une très large consultation dans les mois qui viennent, par l'intermédiaire des maires de France: Les maires portent la République sur le terrain. Grinçants, ironiques ou même joyeux, leurs tweets ont fait mouche parfois et ont touché souvent les cœurs des Français en colère. Cette crise des gilets jaunes est la plus grave traversée par le jeune président élu en 2017, qui joue gros avec ce discours après être resté muet ou presque depuis les violentes manifestations du 1er décembre et les scènes d'affrontements sous l'Arc de triomphe.

Pour répondre à leur colère, Emmanuel Macron a annoncé que les salariés au niveau du Smic allaient percevoir une hausse de 100 euros par mois "sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur".

Au total, l'ensemble des mesures annoncées par le président ce lundi représente un manque à gagner compris entre 8 et 10 milliards d'euros, d'après Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics.

Lundi 10 décembre, Emmanuel Macron énonçait un certain nombres de mesures visant à améliorer le pouvoir d'achat des Français.

Sous pression, Trump adresse une charge virulente au procureur Mueller
Trump a tweeté, majuscules et point d'exclamation à l'appui, son expression favorite: " CHASSE AUX SORCIERES! ". Malgré cette aide, Michael Cohen pourrait être condamné mercredi à plusieurs années de prison.


Il a aussi écarté un retour sur la suppression de l'ISF, l'impôt qui taxait les ménages les plus fortunés et dont l'abolition au début du mandat de M. Macron est vécue comme une injustice par les "gilets jaunes". De nombreux "gilets jaunes" l'accusent d'être "méprisant" et "hautain" avec ses "petites phrases" sur les "Gaulois réfractaires", les "fainéants" ou les gens "qui ne sont rien".

De son côté, Emmanuel Macron recevra mardi après-midi des représentants du secteur bancaire puis, le lendemain après-midi, des grandes entreprises, pour leur demander de "participer à l'effort collectif" sans doute au travers de mesures fiscales.

Mais sur de nombreux points de rassemblement, les "gilets jaunes" se sont déclarés "insatisfaits". Pas suffisant pour les organisations locales, qui estiment qu'Emmanuel Macron n'a pas répondu aux préoccupations des retraités réunionnais.

Heures supplémentaires: elles seront défiscalisées, "sans impôt ni charges dès 2019". Il a également évoqué la défiscalisation des heures supplémentaires ainsi qu'une prime de fin d'année défiscalisée pour "les employeurs qui le peuvent".

Congress leads in Rajasthan Assembly Elections, crosses majority mark
He even expelled senior leader Mani Shankar Aiyar from the party for his use of intemperate language against the Prime Minister. The Wikipedia page said Pilot assumed office on December 13, 2018, and succeeded incumbent Chief Minister Vasundhara Raje.


Un autre détail physique d'Emmanuel Macron a intrigué les internautes.

Preuve des immenses attentes de l'opinion envers le chef de l'Etat après un mois de mobilisation des "gilets jaunes ": l'audience spectaculaire de l'allocution présidentielle, suivie par plus de 23 millions de Français, toutes chaines confondues, un record absolu pour une annonce officielle.

Il a également apporté son soutien à un acte V de la mobilisation samedi.

Britain's May to face no-confidence vote by lawmakers
Home Secretary Sajid Javid added: "The last thing our country needs right now is a Conservative Party leadership election". May said on Monday she was delaying the planned vote as her deal would likely be rejected "by a significant margin".


Latest News