Nouvelles scènes de guérilla urbaine sur les Champs-Elysées — Gilets jaunes

Bien décidés à maintenir la pression sur le gouvernement les

"Gilets jaunes" : cinq questions sur les violences qui ont embrasé Paris lors de la troisième journée de mobilisation nationale

Sur l'Arc de Triomphe, une main avait tagué "Les gilets jaunes triompheront". Les forces de l'ordre ont alors répliqué par des tirs de lacrymogène. 2000 policiers et gendarmes de plus avaient également été mobilisés.

Selon la préfecture de police, les différentes manifestations ont réuni 300 gilets jaunes, 100 motards et environ 350 manifestants appelés par la CGT à se mobiliser pour réclamer un changement de la politique du gouvernement. Des touristes éberlués se sont trouvés plongés samedi dans des scènes de guerilla urbaine, entre voitures incendiées et nuages de gaz lacrymogène à Paris. "Certains gilets jaunes se dirigeaient vers les Galeries-Lafayette ou le musée du Louvre". La cheffe de l'opposition d'extrême droite Marine Le Pen a elle aussi parlé d'une "situation insurrectionnelle". Des scènes de chaos et de casse se déroulent dans plusieurs endroits de la capitale. De nombreux manifestants se sont déplacés dans le secteur du Trocadéro où la circulation est en train d'être coupée.

Vers 14h00: On dénombre 122 interpellations et 20 blessés dont 6 parmi les forces de l'ordre. Accompagné du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et du secrétaire d'État Laurent Nuñez, il s'est rendu au pied de la tombe du soldat inconnu, avant d'entrer à l'intérieur du monument, en partie saccagé.

Prix du gaz, préservatifs, impôts... : ce qui va changer en décembre
Cette baisse des tarifs réglementés intervient après une augmentation moyenne bien supérieure de 5,79% au 1er novembre. Elle est en général réalisée par le syndic (professionnel ou bénévole) assurant la gestion de la copropriété.


Les manifestants violents, dont la plupart sont masqués tout en portant un gilet jaune, continuent actuellement les dégradations. Soit deux fois moins que la semaine dernière en France. Jean-Luc Mélenchon réagit sur Twitter: "le pouvoir veut un grave incident pour jouer la peur".

Vers 12h40: L'Arc de Triomphe tagé par des "Gilets jaunes". Sous l'arc de Triomphe, on entend La Marseillaise et on lit: "les gilets jaunes triompheront".

Vers 11h45: Matignon annonce que le Premier ministre, Edouard Philippe, se rendra à la préfecture de police à midi à la suite des incidents sur les Champs-Élysées. Un rendez-vous manqué qui illustre les difficultés du gouvernement à nouer un dialogue avec les "gilets jaunes".

Cristiano Ronaldo accusé de viol: des documents embarrassants ont été révélés
Entre le premier, de septembre 2009, et le deuxième en décembre de la même année, le contenu diffère. "Je suis passé par-derrière".


Vers 11h15: Quarante-quatre personnes ont été interpellées à Paris. 1 500 à 1 700 personnes à l'extérieur des Champs-Elysées selon le ministère de l'Intérieur.

Vers 10h30: 700 "Gilets jaunes" remontent la rue de Rivoli. Les Champs-Elysées restent accessibles au public. Selon un dernier bilan, 224 personnes ont été interpellées. Des manifestants avaient tenté de forcer un point de contrôle sur le haut de l'avenue, a-t-on expliqué de source policière.

Boulevard Haussmann, non loin des grands magasins, des personnes cagoulées ont pris à partie des pompiers venus éteindre poubelles et véhicules incendiés, arrachant des vélos libre-service et érigeant des barricades, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La comédienne Maria Pacôme est morte à l'âge de 95 ans
En 2011, elle avait prêté sa voix à la grand-mère de Titeuf dans le film d'animation consacré au petit garçon à la mèche blonde. Reine du théâtre de boulevard, elle devient une égérie de l'émission " Au théâtre ce soir ".


Après ces premiers heurts, les manifestants ont reflué vers d'autres quartiers et dans des avenues adjacentes, notamment la prestigieuse avenue Foch où un tractopelle a été incendié et une remorque de chantier renversée. "La volonté affichée et assumée de s'attaquer à nos forces de l'ordre, aux symboles de notre pays, sont une insulte à la République", a estimé Christophe Castaner.

Latest News