Manger bio réduirait de 25% les risques de cancer

Accueil    
        
      Actus        
  
              SANTÉ        
  
   Plus on mange bio moins on a de risque de cancer

Accueil Actus SANTÉ Plus on mange bio moins on a de risque de cancer

Cela peut expliquer la présence de résidus de pesticides synthétiques, que l'on retrouve plus fréquemment et à des doses plus élevées dans les aliments issus de l'agriculture conventionnelle, comparés aux aliments bio.

Fantasy Impact of Patriots RB Carted Off — Sony Michel Injury
With the defense being billed as "elite" over the first few weeks of the season, you expected them to win each of them. Kyle Van Noy picked up the football and ran 29 yards for the second special-teams touchdown of the game.


Pour mener à bien ce travail, les chercheurs français ont suivi, entre mai 2009 et novembre 2016, près de 70 000 volontaires inscrits sur le site NutriNet afin de participer à des études portant sur les habitudes alimentaires. Sur l'ensemble des cas, il y a eu un taux de 34,3% de cancers du sein, 13,4% de cancers de la prostate, 10,1% de cancers de la peau, 7,4% de cancers colorectaux, 3,5% de lymphomes non-hodgkiniens et 1,1% d'autres lymphomes. Pendant sept ans, les chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) ont comparé la santé de personnes mangeant au moins 50% de produits issus de l'agriculture bio, par rapport à ceux qui n'en consomment jamais.

LeBron James jokes that he and Chris Paul 'aren't friends anymore'
After the game, Rondo's former Boston Celtics teammate Paul Pierce said on ESPN that he was not "surprised at all" by the fight . Earning suspensions , Ingram (four games), Rondo (three) and Paul (two) were dolled out punishments by the league.


(Photo d'illustration Claude Prigent) Une étude établit une corrélation entre une alimentation bio régulière et la baisse du risque de cancer. Dans le cadre de cette étude NutriNet-Santé, le volet BioNutriNet s'intéresse à l'impact potentiel de la consommation des aliments en fonction de leurs modes de production (bio versus conventionnel) sur l'état nutritionnel, sur des marqueurs toxicologiques, sur l'environnement et sur la santé des individus. Notamment car les lymphomes font partie des cancers surreprésentés chez les agriculteurs exposés aux pesticides. Comment avez-vous limité les biais dans votre étude? En effet, de précédentes études ont montré que les personnes qui mangent bio ont généralement une alimentation et un mode de vie plus sains, faisant plus de sport et appartenant à des classes sociales élevées. Notre objectif était donc d'effacer l'incidence de ces facteurs, afin d'obtenir des résultats les plus fins et fiables possibles, sans quoi nos conclusions n'auraient pas signifié grand-chose. Les auteurs de l'étude ont donc "corrigé leur analyse" en se basant sur un certain nombre de caractéristiques des participants à l'étude, comme l'indice de masse corporelle, le niveau d'activité physique, la catégorie socioprofessionnelle, la qualité du régime alimentaire, etc., relève Le Monde. Quelle réflexion invitent-ils à développer? Ces chercheurs américains remarquent également que le prix plus élevé des aliments bio est souvent un frein à leur consommation. A ce jour, les données épidémiologiques disponibles ne permettent pas de conclure à un effet protecteur de l'alimentation bio sur la santé (ou un risque accru lié à la consommation des aliments issus de l'agriculture conventionnelle). "Il faudra beaucoup d'études avec des résultats répliqués dans d'autres situations pour aboutir à un consensus scientifique".

L'énorme coup de sang de Ramos contre Reguilon
Samedi après-midi, le Real Madrid s'est incliné à Bernabeu contre Levante (1-2) pour le compte de la 9e journée de Liga. Et personne n'a moufté dans l'ensemble de l'effectif, staff compris, de la Maison Blanche.


Latest News