Menaces d'attaques antimusulmans : dix membres de l'ultradroite mis en examen

Menaces d'attaques antimusulmans : dix membres de l'ultradroite mis en examen

Menaces d'attaques antimusulmans : dix membres de l'ultradroite mis en examen

Présentés à un juge d'instruction parisien après quatre jours de garde à vue, ils ont été mis en examen notamment pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle ". A ce stade des investigations, il apparaît que la FAO avait pour l'objectif de "lutter contre le péril islamique". Au-delà des contacts réguliers entre les membres du groupe et des formations théoriques (confrontation avec les forces de l'ordre, topographie.) et pratiques (combat, secourisme.), il disposait d'un arsenal considérable, d'après les premières conclusions du procureur de la République de Paris. Des "stages de survivalisme" étaient également proposés.

Ils avaient surtout établi que des membres "cherchaient à se procurer des armes" et que certains "avaient testé des explosifs et des grenades de confection artisanale". 4 d'entre eux ont finalement été écroués et 6 ont été placés sous contrôle judiciaire, selon l'AFP. Les deux derniers ont demandé que le débat devant le juge des libertés et de la détention soit différé. Le ministère public avait requis 9 mandats de dépôts.

" "Nasser Zefzafi et ses trois " acolytes " condamnés à 20 ans de (...) — Maroc
Cristallisant les frustrations de la population dans une région marginalisée et pauvre, le mouvement avait duré près de 10 mois.


Fabrication d'explosifs. Plusieurs d'entre eux ont également été mis en examen pour des infractions à la législation sur les armes et des faits présumés de fabrication ou détention d'engin explosif ou d'éléments destinés à entrer dans la composition de produit explosif, le tout en relation avec une entreprise terroriste.

Selon cette source, les suspects ont évoqué l'idée de s'en prendre à des musulmans condamnés dans des dossiers antiterroristes et sortant bientôt de prison, à des mosquées radicales, voire à des femmes voilées ou des supermarchés halal. Après l'interpellation des dix suspects, dans la nuit de samedi à dimanche, les perquisitions ont permis de saisir 36 armes, des milliers de cartouches, des grenades et des éléments entrants dans la fabrication d'explosifs de type TATP. Considéré comme le chef de file présumé de ce réseau, un retraité de la police nationale, Guy S., né en 1953 et vivant à Tonnay-Charente, "avait la volonté de durcir l'action d'AFO", a indiqué une source proche de l'enquête. Un ancien militaire et un ex-professeur, un artisan et un employé de restaurant font également partie des suspects.

Chris Matthews: Mitch McConnell has 'no right' to fill Supreme Court vacancy
So if a new justice is in fact confirmed in September or October , will the saga actually affect voting in November? Republicans , with a 51-49 advantage in the Senate, are planning to move ahead.


Le parquet de Paris avait d'abord ouvert le 13 avril une enquête préliminaire pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle ", confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), avant d'ouvrir une information judiciaire le 14 juin. Le groupe "essayait de recruter de nouveaux membres et d'étendre son maillage territorial", selon le ministère public.

Selon le procureur, "les éléments recueillis faisant craindre un passage à l'acte violent".

Mats Hummels Posts One Word Tweet After Germany's World Cup Exit
In some cases pressure like that can ignite a positive response, but for Germany the wheels were set to come off, and properly. It is embarrassing that we will be eliminated from the table in this group.


Latest News