G7 : pour Trump, les critiques de Trudeau vont coûter "cher" au Canada

Le président américain Donald Trump pendant le sommet du G7 à La Malbaie au Québec le 9 juin 2018

Le président américain Donald Trump pendant le sommet du G7 à La Malbaie au Québec le 9 juin 2018

Le Canada se prépare à tous les scénarios dans le conflit commercial avec les Etats-Unis face à un président américain imprévisible, qui a averti mardi que les critiques de Justin Trudeau allaient coûter "cher" à son voisin du Nord.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, doit d'ailleurs s'entretenir mercredi à Washington avec le Comité sénatorial des Affaires étrangères.

"Nous devons rester calme et poursuivre (le dialogue, Ndlr) malgré le psychodrame", a-t-elle observé.

Stormy Sunday on the way with a marginal risk for severe weather
Our rain chances will continue to go up into the evening with a 30% chance of rain and possible severe storms. Temperatures will warm heading into the work week and more rain chances towards the end of the upcoming week.


La ministre a indiqué avoir fait part de ses remarques au représentant américain au Commerce Robert Lighthizer avec qui elle a eu un "bon échange" dimanche. De l'avion présidentiel en route pour Singapour et le sommet historique avec Kim Jong Un, M. Trump avait accusé Justin Trudeau d'être "malhonnête", dénoncé les tarifs douaniers canadiens sur les produits laitiers et dans le même temps retiré l'aval américain à la déclaration du G7.

Ces commentaires ont soulevé l'ire de Donald Trump, qui a peu après menacé le Canada de répliquer avec de nouveaux tarifs sur les exportations automobiles canadiennes, en plus d'invectiver personnellement Justin Trudeau sur Twitter. Il avait expliqué que "les Canadiens sont polis et raisonnables mais (qu'ils) ne se laisseraient pas bousculer ".

"Je l'avoue, c'était mon erreur, ce sont mes mots", a ajouté le conseiller économique du président Trump.

Colbrelli au sprint, Küng reste en jaune
Côté suisse, Michael Albasini s'est frotté aux meilleurs sprinters dans les ultimes hectomètres. L'équipe américaine a largement dominé l'exercice et a devancé Sunweb et Quick-Step Floors.


Le premier ministre canadien a aussi qualifié "d'insultant " à plusieurs reprises l'utilisation de l'argument de la sécurité nationale par Donald Trump. "(.) Le langage que j'ai utilisé était inapproprié", s'est excusé mardi le virulent conseiller économique. M. Trudeau avait répété à la fin du sommet que les nouveaux droits de douane imposés par les Etats-Unis au Canada sur l'acier et l'aluminium étaient "insultants", au regard de l'histoire entre les deux pays, et comme l'Union européenne, il avait confirmé des représailles pour juillet.

Selon M. Mérand, "à Ottawa, on a depuis longtemps fait une croix sur l'idée que la clé des relations canado-américaines allait dépendre du locataire actuel de la Maison Blanche, donc les relations se déploient plutôt au Congrès, auprès des Etats, auprès des milieux d'affaires, de manière à investir dans une relation qui, forcément, sera une relation à long terme".

Critérium du Dauphiné: le triomphe de Geraint Thomas
Cette fois, elle a sorti de ses rangs un jeune prometteur, le Britannique Tao Geoghegan Hart (23 ans). Ancien champion olympique sur piste, Geraint Thomas (32 ans) a gagné Paris-Nice en 2016.


Latest News