"Je vais inviter Kim Jong-un à la Maison-Blanche" — Trump

BENJAMIN ILLY  FRANCEINFO

BENJAMIN ILLY FRANCEINFO

Dans le même temps, M.Trump ne renonce pas à ses déclarations sévères à l'encontre de son homologue nord-coréen, car sans elles, selon lui, il n'y aurait plus de négociations avec la Corée du Nord. Bien qu'encourageants, les quatre points abordés n'ont rien d'inédit.

L'opposition s'est, elle, engouffrée dans la brèche. De fait, "surprise" et "concession" sont les deux mots qui reviennent le plus souvent dans la presse pour qualifier la promesse de Trump. Avant d'assurer, qu'il inviterait Kim Jong-un à la Maison-Blanche. Leur déclaration conjointe a été succincte.

Les images seront bientôt dans les livres d'histoire: le président américain et le dirigeant nord-coréen ont soigné la mise en scène et ont annoncé un premier accord commun. " Nous avons surmonté le scepticisme et de nombreuses difficultés pour tenir ce sommet". Lundi soir, le dirigeant nord-coréen, à la tête de l'un des pays les plus fermés au monde, s'est offert une spectaculaire sortie nocturne, visitant, visiblement ravi, les hauts lieux touristiques de la ville. Lors de ce déplacement à Singapour, il a aussi été révélé que Kim Jong Un ne se déplacerait pas sans ses propres toilettes portables de peur qu'un échantillon de ses scelles ne soient récoltées. Aucun calendrier n'a, en outre, été fixé.

Nike refuse de chausser l’Iran !
A trois jours de son entrée en lice dans la Coupe du monde de football contre le Maroc, l'équipe d'Iran doit faire face à un problème. technique.


Interrogé par un journaliste sur l'atmosphère de cette rencontre, Donald Trump a rendu un verdict optimiste: "Très bonne".

La Corée du Nord a été vivement critiquée et frappée d'importantes sanctions économiques en raison du développement de son programme d'armes nucléaires et balistiques.

Nous avons besoin d'essayer de comprendre ce qu'a dit le président Trump.
Mais tant Séoul que Tokyo ont émis des réserves sur la poursuite du processus.

Voici le texte signé par Kim et Trump
Le leader nord-coréen aurait salué son homologue américain en anglais, "Ravi de vous rencontrer, Monsieur le Président". Soit le dictateur de Corée du Nord maîtrise mal l'anglais, soit il est complètement hermétique à l'humour de Trump.


Le président nord-coréen n'a pas manqué de stratégie. Le sommet a néanmoins produit un résultat modeste mais positif que certaines ou certains avaient prédit, peut-être le maximum de ce qu'on pouvait espérer obtenir: une déclaration de nobles intentions à long terme, accompagnée de quelques gestes concrets et de la création d'un forum dans lequel les diplomates pourront travailler sur les détails. " Nous sommes prêts à ouvrir un nouveau chapitre entre nos deux nations ", a lancé Donald Trump. Il a aussi prévenu que les sanctions contre Pyongyang resteraient en vigueur tant que cela n'est pas le cas. Elle sera conditionnée à la tenue des engagements. "Ce qu'a obtenu la Corée du Nord, en revanche, est tangible et durable. J'étais très réticent à le faire... mais il n'y avait pas de choix", a déclaré le chef de la Maison-Blanche. Pour appuyer sa démonstration, il a présenté, durant sa rencontre avec Kim, une vidéo hollywoodienne imaginant l'avenir de villes nord-coréennes, inspiré de Miami.

Et face aux critiques sur la vague formulation du texte signé par les deux dirigeants, M. Pompeo a dit que "complète englobe vérifiable et irréversible". Le président Donald Trump a juste précisé qu'il "couvrait de nombreux sujets".

" Elle est excessivement grande et étalée, ce qui dévoile beaucoup d'orgueil, et la conscience d'être quelqu'un d'exception". Un dialogue semble donc au moins être amorcé.

California to vote on proposal to split state into three parts
The three-states campaign, dubbed "Cal-3", submitted more than 600,000 signatures. "Californians deserve a better future". If the measure is approved by voters, it would have to be ratified by Congress, which analysts say is unlikely.


Latest News