Trois de ses proches pointent la politique menée par l'exécutif — Emmanuel Macron

L’image de
président des riches colle à Emmanuel Macron comme un vieux chewing-gum à une semelle par temps chaud. Une situation qui n’a pas échappé aux économistes soutiens de la première heure et qui les inquiète

Trois de ses proches pointent la politique menée par l'exécutif — Emmanuel Macron

Dans une note confidentielle révélée par Le Monde, trois économistes proche d'Emmanuel Macron font des critiques sur la politique du Président et insistent sur "la question sociale".

Philippe Aghion, Phlippe Martin et Jean Pisani-Ferry sont les trois économistes qui ont inspiré le programme d'Emmanuel Macron.

Parmi les inquiétudes soulevés dans la note adressée à la présidence, les trois hommes s'alarment de "l'image d'un pouvoir indifférent à la question sociale".

Société: Un randonneur meurt en croyant manger du coscoll
Un retraité français de 78 ans est décédé vendredi soir après avoir consommé cette plante hautement toxique. Il est nécessaire de demander à un spécialiste avant d'utiliser la plante pour la cuisine.


"Si " des mesures importantes ont été mises en œuvre " depuis le début du quinquennat, comme le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés, le lancement des emplois francs le 1 avril ou la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle - " le paquet est significatif ", reconnaissent-ils -, d'autres ne sont " pas à la hauteur des ambitions initiales ".

" Le thème de la lutte contre les inégalités d'accès, qui était constitutif de l'identité politique du candidat, est occulté ", remarquent Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, qui formulent une crainte de répercussions politiques: " Beaucoup des soutiens du candidat expriment la crainte d'un recentrage à droite motivé par la tentation d'occuper le terrain politique laissé en friche par un parti Les Républicains en crise. Selon différents sondages, le président est en effet bien plus populaire auprès des sympathisants de droite qu'auprès de ceux qui avaient élu François Hollande en 2012. Selon eux, " le message social peine à trouver une voix forte à l'intérieur du gouvernement". Tout en précisant qu'en échange, il serait bon de relever le plafond en dessous duquel les successions ne sont pas taxées "pour en faire une réforme neutre fiscalement ". Ils se déclarent en revanche favorables à une réforme des dispositifs pour les personnes à l'activité réduite, à la réduction de la durée d'allocation chômage conditionnée à l'évolution du taux de chômage, et demandent, comme la CFDT, la nomination de plus de représentants salariés dans les conseils d'administration.

Plusieurs propositions figurent dans cette note, comme l'augmentation de la prime d'activité, l'introduction d'un bonus-malus sur les contrats courts, ou un maintien de la taxe d'habitation pour les Français les plus fortunés.

Les aides sociales coûtent un "pognon de dingue" selon Macron — Pauvreté
"On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas", s'exclame le président de la République. Emmanuel Macron aborde ensuite le reste à charge zéro: "C'est dans ce contexte-là qu'on fait le reste à charge zéro ".


Et pour les ménages, ils conseillent de revoir la fiscalité de l'investissement dans le logement en organisant "l'extinction" des aides à la pierre qui "réduisent très fortement l'impôt sur le revenu des bénéficiaires et affectent le budget de l'Etat".

En matière fiscale, ils suggèrent de revoir les aides sectorielles aux entreprises et "le maquis des aides à l'innovation". Cette note "ne présage en rien la politique du gouvernement", assure au Monde un conseiller du Président.

Government avoids EU Withdrawal Bill defeat after last-ditch deal on 'meaningful vote'
The government says the changes would weaken Britain's negotiating position and is seeking to reverse them in the Commons. But Solicitor General Robert Buckland said while talks may "yield fruit" - he could not guarantee a change in policy.


Latest News