L'ETA demande pardon pour le "mal" qu'elle a causé — Pays basque

Coup de filet anti-ETA en France selon Madrid

00:48 Coup de filet anti-ETA en France selon Madrid

ETA demande " pardon ", le gouvernement espagnol réplique. "Ce n'est qu'une nouvelle conséquence de la force de l'Etat de droit qui a vaincu l'ETA avec les armes de la démocratie", déclare-t-il.

L'organisation clandestine basque ETA a reconnu le "mal" qu'elle a causé pendant sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et demandé pardon aux victimes, dans un communiqué publié vendredi par le journal basque Gara.

"ETA veut reconnaître à travers cette déclaration les dommages causés tout au long de son parcours armé, et manifester son engagement pour dépasser définitivement les conséquences du conflit", écrit l'organisation dans ce communiqué, traduit par Mediabask.

Une bombe d'une demie-tonne désamorcée à Berlin
Les engins lâchés par les Alliés à l'époque et n'ayant pas explosé provoquent toujours les opérations les plus impressionnantes. Dès 10h, les trains ne s'y arrêteront plus et à partir de 11h30, le trafic sera totalement bloqué pour une durée indéterminée.


"Nous voulons manifester notre respect aux morts, aux blessés et aux victimes des actions de l'ETA (.) Nous le regrettons sincèrement", poursuit l'organisation dans ce texte publié presque 60 ans après sa création en 1959. "La souffrance existait avant la naissance de l'ETA et a continué après qu'elle a cessé la lutte armée ", est-il encore affirmé dans le communiqué. Cette demande de pardon "est bien " "parce que les victimes, leur mémoire et leur dignité ont été déterminantes dans la défaite de l'ETA ".

Dans ce texte, ETA s'adresse particulièrement aux victimes "étrangères au conflit" : "Nous savons que, contraints par les besoins de toutes sortes liés à la lutte armée, notre action a engendré des préjudices à des citoyens et des citoyennes qui n'avaient aucune responsabilité". Nous avons aussi causé des torts graves qui ne sont pas réparables. Nous demandons pardon à ces personnes et à leurs familles.

Après plusieurs tentatives infructueuses de négociation et alors que la société basque condamnait de plus en plus ouvertement cette violence, l'organisation a renoncé à la lutte armée en octobre 2011.

North, South Korea set up hotline for leaders ahead of summit


L'ETA, créée en pleine dictature franquiste, a tué au moins 829 personnes au nom de son combat pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre, selon les autorités. Elle devrait annoncer formellement sa dissolution le 5 ou le 6 mai prochain dans le Pays basque français, selon plusieurs sources.

Cette demande de pardon et la dissolution à venir (annoncé pour début mai), permettra, espèrent ces proches, une évolution de la politique pénitentiaire de l'Espagne et de la France, passant par un rapprochement des détenus dans des prisons près de chez eux et des libérations conditionnelles pour ceux n'ayant pas commis de crimes de sang.

Miguel Díaz-Canel, un homme moderne qui devra forger son aura — Cuba
Il a répété que les changements surviendront selon le plan de 12 ans établi par l'Assemblée nationale et le Parti communiste. Il a promis aux députés dans son discours " d'assurer la continuité de la révolution cubaine à un moment historique clé ".


Latest News