Trump n'a pas (encore) tué l'accord sur le nucléaire iranien

Donald Trump n'a jamais caché son opposition à l'accord conclu sous l'administration Obama

Donald Trump n'a jamais caché son opposition à l'accord conclu sous l'administration Obama. Image AFP

Un haut responsable du département d'Etat a indiqué qu'elle serait rendue publique vendredi.

"Le JCPOA (ou Plan d'action conjoint) ne peut être renégocié: plutôt que de répéter la même rhétorique, les Etats-Unis doivent agir en pleine conformité - comme le fait l'Iran", a ajouté M. Zarif, faisant référence à l'accord sur le nucléaire conclu en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Chine, Russie, Etats-Unis, France, Allemagne et Royaume-Uni).

Le président américain a confirmé, vendredi soir, la levée des sanctions économiques sur le nucléaire iranien.

" Nous continuerons d'exhorter nos amis à la Maison Blanche à ne pas le jeter à la poubelle", avait déjà lancé M. Johnson mardi devant le parlement de Westminster".

Women take the spotlight at Critics' Choice Awards
There were some uncomfortable moments, like Elisabeth Moss getting played off after accepting her award for The Handmaid's Tale . Nicole Kidman , who scooped up a prize for Big Little Lies , wore a bright pink gown that was covered in ruffles and sequins.


Le président français Emmanuel Macron avait signifié jeudi par téléphone à Donald Trump "la détermination de la France en faveur d'une application stricte de l'accord et l'importance de son respect par l'ensemble de ses signataires", selon l'Elysée.

Toutefois, le président américain, qui ne fait pas mystère de son intention de voir annulée cette convention d'encadrement du programme nucléaire iranien signée à Vienne en juillet 2015, devrait donner au Congrès des Etats-Unis et aux pays européens parties prenantes une date limite pour l'améliorer, ajoute-t-on.

Parallèlement, Donald Trump a appelé une nouvelle fois le Congrès américain à adopter une loi durcissant unilatéralement les exigences à l'égard de l'Iran et permettant à Washington de rétablir automatiquement les sanctions sur le nucléaire si Téhéran ne respecte pas ces conditions.

Le ministre des Affaires étrangères iranien était à Bruxelles ce jeudi 11 janvier au matin à l'invitation de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, pour des discussions avec elle et ses homologues français, allemand et britannique, Jean-Yves Le Drian, Sigmar Gabriel et Boris Johnson. Si Washington réimposait des sanctions économiques, Téhéran a promis des représailles. La réponse de l'Iran sera "appropriée et lourde (.), les Etats-Unis vont certainement le regretter" s'ils sortent de l'accord, a prévenu de son côté le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Ghassemi, lors d'une conférence de presse.

Trois soldats français blessés dans un attentat dont un grièvement — Mali
Cet attentat intervient à la date anniversaire du déclenchement de l'opération Serval, initiée il y a cinq ans (le 11 janvier 2013).


Cet accord " fonctionne, rend le monde plus sûr et empêche une course à l'armement nucléaire potentielle dans la région ", a martelé Mme Mogherini.

Les Européens se disent par ailleurs préoccupés au sujet du programme balistique iranien et affirment que l'Iran doit désormais user de sa position diplomatique régionale pour aider à une résolution des conflits au Yémen et en Syrie.

L'Allemand Sigmar Gabriel s'est prévalu d'un accord de principe de la part de Mohammad Javad Zarif pour commencer un "dialogue" sur "un changement de comportement dans la région".

" Nous avons décidé aujourd'hui que nous discuterions sur ces sujets contentieux, en commençant par le Yémen".

Factory output growth hits 17-month high of 8.4% in November
Output of "infrastructure or construction goods" increased by 13.5 per cent and that of capital goods by 9.4 per cent. The December inflation data is due to be released on Friday, January 12 at 1200 GMT.


Latest News